http://klaatumag.com/wp-content/uploads/2012/10/svuillemin_klaatu.jpghttp://klaatumag.com/wp-content/uploads/2012/10/storyboard_lyceennes-676x960.jpeghttp://klaatumag.com/wp-content/uploads/2012/10/acevee520.gifhttp://klaatumag.com/wp-content/uploads/2012/10/another_world1.jpghttp://klaatumag.com/wp-content/uploads/2012/10/stephen-vuillemenin-storyboard-960x472.png

Stephen Vuillemin - « J’ai fait un web-comic, pas une BD disposée sur internet »

Stephen Vuillemin a 26 ans, il est diplômé de l’école d’animation des Gobelins depuis 2008 et travaille dans l’animation depuis plusieurs années. Il vit désormais à Londres. À côté de ses travaux de commande, Stephen réalise des illustrations pour des blogs cool (il collaborait récemment avec Pure Baking Soda pour un article sur l’artiste Gunplay) et développe Lycéennes, un projet de BD animée, depuis 2011. Un web-comic étrange et mystérieux, qui intègre le GIF animé, autour d’une adolescente qui tombe malade après qu’un chien ait introduit une crotte de nez dans son oreille. Yep.

KM : Quelles sont les origines de Lycéennes ?
SV : J’ai publié le premier épisode de Lycéennes en juin 2011 sur mon blog, Acevee. Depuis j’ai ouvert cet autre blogspot : Lyceennes, que personne ne connaît, mais qui est dédié uniquement au projet (Acevee étant un genre de fourre-tout).  J’ai commencé un peu au hasard avec cette histoire de chien qui contamine l’oreille de Sadie. Les quatre premiers épisodes ont été conçus un peu en impro. La suite, qui reste à faire, est déjà pensée jusqu’à l’épisode 10. J’aimerais faire un maximum d’épisodes, mais comme ce projet ne génère pas d’argent, ce n’est pas toujours facile d’y consacrer du temps.

KM : Quand pourra t-on lire le cinquième épisode ?
SV : Difficile de donner une date précise : je dois dire que je prend mon temps pour faire avancer le projet en ce moment. Mais l’épisode 5 est bien commencé.

KM : Pour le moment, je ne peux m’empêcher de penser à certaines œuvres autour de la métamorphose (La Mouche, Tetsuo, L’Enfant Insecte, etc.). Sadie va t-elle muter ?
SV : Non, Sadie ne va pas muter ! J’ai décidé de rester relativement réaliste quand à ce qui se passe dans cette histoire. Une otite presque fatale qui déclenche une amnésie, suite à l’introduction d’une crotte de nez dans l’oreille, c’est presque possible ! Sinon, ça me fait plaisir que tu évoques La Mouche parce Cronenberg est une de mes références, en particulier ce film là.

KM : D’ailleurs, quelles références (cinématographiques ou autres) peut-on trouver dans Lycéennes ?
SV : Oh, difficile à dire. Ça doit être un mash-up de différents trucs que j’ai aimé. J’aime bien dire que Lycéennes est un remake de la série anglaise Skins, parce que ça n’a rien à voir et du coup ça ne peut pas vraiment souffrir de la comparaison.

KM : Cette case m’intrigue beaucoup. Est-ce un clin d’œil ? Un instant « D. Lynch meets Salad Fingers » ?
SV : Ce personnage va prendre beaucoup d’importance dans la suite de l’histoire !  Je ne connaissais pas Salad Fingers, connais-tu la fantastique série animée de David Lynch, Dumbland ?

KM : Non, merci pour la découverte.

KM : Certaines vignettes de Lycéennes, graphiquement et dans leur structure, rappellent des jeux d’aventure des années 90 comme Another World. Est-ce volontaire ?
SV : Ce n’est pas la première fois que j’entends la comparaison avec Another World. Je dirais que la ressemblance n’est pas vraiment volontaire, mais je l’assume parfaitement, et je le prends même comme un compliment. Je regardais mon frère y jouer quand j’étais petit et j’étais terrorisé. Peu d’œuvres de fiction m’ont évoqué un tel sentiment d’étrangeté et de peur. J’en ai gardé un souvenir confus en grandissant, comme d’un jeu qui avait la consistance des cauchemars. J’ai été un peu déçu quand j’en ai revu des extraits plus tard sur Youtube, parce que j’avais grandi et ça ne me faisait plus du tout peur.

KM : Comment es-tu passé de l’illustration et de l’animation classiques à la BD animée?
SV : Réaliser un film d’animation est un procédé très long et coûteux. Avant d’en venir à la réalisation, on est souvent obligé de présenter le projet devant des comités, des producteurs, etc. pour obtenir des fonds. C’est un travail de longue haleine, ça prend souvent de nombreux mois avant même de pouvoir entrer en production. On est aussi obligé, au cours de cette phase, de présenter une idée et d’en discuter avec des tas de gens, alors que le projet n’est pas fait. Ça peut être un peu décourageant. En BD, c’est plus simple, il suffit d’avoir un éditeur. Et si on décide de la publier sur un blog, alors on n’a même pas besoin de cet éditeur. C’est le choix que j’ai fait, et tant qu’à publier ma BD sur un blog, j’ai choisi d’utiliser le .gif animé.

KM : Pourquoi ?
SV : Internet est un média formidable, et quand j’ai décidé de faire un web-comic, il m’a semblé naturel d’essayer d’exploiter au maximum les possibles ouverts par ce média. Je trouvais assez fascinantes certaines pages Tumblr remplies de gifs animés, et j’ai décidé que mon web-comic aurait cette forme. Si on imprime Lycéennes, on perd toute l’animation, le projet se retrouve donc incomplet. Je m’en retrouve satisfait : j’ai bien fait un web-comic, et pas une BD disposée sur internet.

KM : Comment construis-tu tes cases ?
SV : Je commence par faire un storyboard sur papier, ou j’indique au moyen de flèches et de légendes mes intentions d’animation. Ensuite, je commence par mettre au propre les vignettes que j’aurai le plus de plaisir à dessiner/animer. Plus j’avance dans mon travail et plus les vignettes qu’il me reste à faire sont pénibles. Souvent, je me rends compte vers la fin que je vais couper ces vignettes, qu’elles n’apparaîtront plus dans l’histoire, et que si elles m’aparaissaient si laborieuses, c’est simplement qu’elles étaient inutiles à la compréhension de l’histoire. Idem pour les animations, tant que je me fais plaisir à les dessiner, je vais en rajouter ; si ça m’ennuie, et qu’une animation rapide suffit à ce qu’on comprenne l’action, alors j’en resterais là.

KM : Connais-tu Uno Moralez ? Que penses-tu de son travail, t’en sens-tu proche ?
SV : Oui, j’adore ! Le mec dessine vraiment bien, et j’aime bien ses thèmes. En plus il anime bien, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Nous partageons le fait de faire de l’animation 2D / frame-by-frame dans nos gifs. C’est une technique presque artisanale à laquelle je trouve beaucoup de charme quand elle est bien faite.

KM : Quel genre de GIFs partages-tu avec tes potes?
SV : Les miens !

Le site de Stephen
Son blog
Le blog consacré à Lycéennes
Merci à Octave, qui m’a fait connaître le travail de Stephen !

Par
Julia atterrit au milieu des années 1980 pour une mission d'étude des conflits asymétriques terriens. Désorganisée et enivrée par la musique de rap et les mets à base de viande bovine, elle a abandonné son grand traité de polémologie et a choisi de rester parmi nous. Pour toujours.

0 Comments

Socialize

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

#wtfnature 5 - Le poisson-main

En 2010, l'équivalent du CNRS en Australie, le CSIRO, élaborait une monographie de neuf nouvelles espèces de ce ›

Détruire | Les projets de consoles open source sur Kickstarter

En fin d’année dernière, nous étions enchantés par le lancement de la campagne de financement ›

Protéger | Le Téléphone Arabe - Fesses B

Voilà des mois que nous attendions la reprise des activités de notre camarade, Le Téléphone Arab ›

#wtfnature 4 - Le vampire des abysses

Vous avez vu beaucoup de listes d'animaux très étranges et très laids. Vous avez lu des choses su ›